[TOP50] L’ère des compteurs digitaux

Fatal Digital

On vous avait prévenus, chez Octane 102, on est très branchés Youngtimers. Ces vieilles charrettes produites dans les années 70 et 80, trop jeunes pour être des collections, disposent de quelques atouts qui continuent de nous charmer aujourd’hui encore. Durant cette vingtaine d’années, époque ou l’on rêvait encore aux voitures volantes,  le compteur digital faisait figure de haute-technologie dans le panel des excentricités. Octane 102 vous propose de revenir sur un petit Top50 des plus belles perles…


> Production allemande

On commence ce petit Top50 avec la production allemande. Ci dessous, le compteur « DigiFiz » exclusif, proposé de série sur la Golf Mk2 GTi16 Match. Une version 7000rpm était proposée, en option, sur la GTi Match 8 soupapes. Opel faisant partie du groupe GM, la Kadett s’est vu rebadgée par une pléthore de constructeurs, dont l’américain Chevrolet. Sa version Kadett GS, équivalente de la GSi européenne, adopte elle aussi un compteur digital. Il est légèrement revu et son éclairage passe au vert. Enfin, dans la famille des sportives à compteur digital, Opel a également commercialisé la très rare Vectra A 2000 GSi.

 


> Production française

Côté français, on a eu droit à une tentative de saut dans le temps avec la Citroën BX 19 GT Digit… Au final c’est plus un saut dans un univers parallèle un peu foiré : Basé sur une BX GT (1.9L de 105cv) cette instrumentation signée Jaeger disposait d’un double tachymètre numérique ET visuel (s’il vous plaît !) : La route sous forme de deux bargraphes croît en fonction de la vitesse. Inspiration Back to the Future ou Star Wars, je n’ai malheureusement aucune réponse à vous donner ! Heureusement, Renault était inna di place pour apporter un peu de sobriété. Passé maître en compteurs digitaux, la Régie sort la première voiture française de série à se voir greffer ce type de compteur : La R11. Disponible sur les finitions TSE/TXE Electronic et sur la série limitée du même nom, Renault ne concevra pas moins de trois versions de ce compteur, dont une pour la Encore, la R11 américaine. Le premier ne dispose pas encore d’ordinateur de bord à proprement parler. Il se contente d’une grossière silhouette du véhicule, sur laquelle vont s’afficher les portes mal fermées et les ampoules grillées. La synthèse vocale s’occupe des annonces. Sur la seconde version, tout l’éclairage vire au vert et un véritable ODB fait son apparition avec toutes les données de consommation, autonomie, distance et température. La troisième version abandonne l’affichage de la vitesse sur le bandeau supérieur. A présent il informe seulement sur le régime moteur et son design est revu au même titre que sa fiabilité. Ce dernier est converti en Miles Impériaux pour l’export aux USA. Renault stoppe la R11 Electronic avec l’arrivée de la phase 2, mais va récidiver sur les R21 TSE et TXE avec ce dernier compteur bien plus abouti. Disponible également sur la TurboDX en version 5500rpm.


> Production italienne

L’Italie n’est pas en reste et compte bon nombre d’autos à compteurs digitaux dans sa flotte. On y trouve toutes sortes de produits, plus ou moins originaux, plus ou moins ergonomiques. Mention spéciale à la Fiat Uno qui dispose de deux compteurs distincts sur sa gamme sportive !


> Production japonnaise

Bon, on ne va pas se le cacher, l’Europe c’est bien sympa en termes d’afficheurs digitaux, mais faudrait voir à pas trop prendre les nippons pour des fiottes. Je vous rappelle que la Casio F91-w, c’est quand même eux qui l’ont inventée !

 

Je vous l’avais dit, les Japonnais sont fous, à l’image de cette merveille qui équipe le roadster Tokyoïte S2000 et qui a la particularité de pouvoir switcher entre Miles Imperiaux et Kilomètres par une simple impulsion sur un bouton. On adore !

Honda s2000

> Production nord-américaine

Dans le genre folie furieuse il est une contrée qui donne dans la démesure, comme à son habitude… L’Amérique doit certainement détenir le record de compteurs digitaux. Faudrait voir à ne pas oublier que la Texas Instruments TI-80, c’est quand même eux 😮

Alors on trouve de tout et du n’importe quoi, surtout du n’importe quoi d’ailleurs, cependant certaines instrumentations sortent du lot…


> Production russe

Dans toute cette jungle, la Russie a bien tenté de tirer son épingle du jeu avec la Lada Samara. On vous laisse seuls juges :

 

Lada Samara

 

Chez Octane 102, on ne sait pas ce qui nous effraie le plus entre la qualité indiscutable des plastiques qui entourent le compteur, ou le fait qu’un moteur de Lada puisse prendre 6000rpm sans danger pour ses occupants !!!


 

Et voilà, cet article qui touche à sa fin. Bon j’admets avoir débordé : Si on recompte bien, il y a 56 compteurs dans ce Top50. J’ai du prendre sur moi pour stopper ma frénésie des 80th, car des « Digital Dashboards » il en reste encore un paquet ! C’est donc avec une certaine joie, non-dissimulée, Amis Lecteurs, que je vais vous proposer de conclure en élisant votre préféré parmi les instrumentations présentées ci-dessus. N’hésitez pas à commenter, en attendant voici un petit bonus rien que pour vous :

 

ShiftLightement,
LeTorr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *