[FOCUS] Noble M12 GTO

Gentleman Rider

Dans un monde où tout finit toujours par se ressembler, il subsiste un lieu qui refuse de se plier aux  lourdes exigences européennes, une contrée ou l’artisanat tient la dragée haute aux plus prestigieux constructeurs du globe. Octane-102.fr vous propose une ballade au pays des merveilles, sur la terre natale de la Noble M12 GTO

 

 

 

Fiche technique complète

IDENTITÉ :    
DénominationM12 GTOM12 GTO-3M12 GTO-3RM400
Millésime2001-20022003-20072003-20072004-2007
---MOTEUR---
BlocAluAluAluAlu
ArchitectureV6 2xDOHCV6 2xDOHCV6 2xDOHCV6 2xDOHC
Cylindrée2495cm³ (2.5L)2967cm³ (3.0L)2967cm³ (3.0L)2967cm³ (3.0L)
AspirationBiTurboBiTurbo (T25)BiTurbo (T25)BiTurbo (T28)
Soupapes24v24v24v24v
ImplantationTransversal centralTransversal centralTransversal centralTransversal central
AxC82,4 x 79,589,0 x 79,589,0 x 79,589,0 x 79,5
PMax310cv @6000rpm352cv @6200rpm352cv @6200rpm425cv @6500rpm
CMax434Nm @3500rpm475Nm @3500rpm475Nm @5000rpm529Nm @5000rpm
---TRANSMISSION---
TypeRWDRWDRWDRWD
BoiteBM5BM5BM6 ou BS6BM6 ou BS6
---ROUES---
Pneus225/50/ ZR18
265/35/ ZR18
225/50/ ZR18
265/35/ ZR18
225/50/ ZR18
265/35/ ZR18
225/50/ ZR18
265/35/ ZR18
Freins avantDisques Ventilés 330mmDisques Ventilés 330mmDisques Ventilés 330mmDisques Ventilés 330mm
Freins arrièreDisques Ventilés 326mmDisques Ventilés 326mmDisques Ventilés 326mmDisques Ventilés 326mm
AidesAucuneAucuneAucuneAucune
---PERFS---
VMax266 km/h298 km/h301 km/h301 km/h
0-100 km/h4"13"83"73"2
400m--11"811"4
Poids1125 kg1125 kg1080 kg1063 kg
RPP3.6 kg/cv3.2 kg/cv3.1 kg/cv2.5 kg/cv
RPL124 cv/L117 cv/L117 cv/L142 cv/L
Tarif neuf de base--78 500€-
Cote 201833K€ <> 80K€

> Story<

En Angleterre, j’aurais tout vu : Me faire doubler par une monoplace sur le Motorway qui relie Londres à Folkestone, ou encore me faire contrôler par des Policemen en Aston Martin DBS banalisée, très remontés par un léger excès de vitesse dont je m’étais rendu coupable… Le fait de passer ne serait-ce qu’une seule journée sur les routes de la Reine Victoria est un vrai régal, tant il respire la passion automobile. Et s’il est un domaine particulier dans lequel nos voisins excellent, c’est bien celui de la Supercar artisanale.

 

En parlant d’artisanat, la bestiole qui provoque aujourd’hui mon émoi, nous vient tout droit des ateliers de Noble Automotive, basés à Leicester. Elle est l’oeuvre d’un esprit très vif d’ancien pilote, celui de Lee Noble, qui décide de fonder sa marque de sportives radicales. Son but ? Faire rouler de pures pistardes sur la route, et de manière légale. Le bonhomme n’en est pas à son coup d’essai, puisqu’il est à l’origine d’une dizaine de productions démentielles. Dans son curriculum vitae on y trouve les Ultima Mk1, 2 et 3, la Ascari FGT ou encore la Prosport LM3000… C’est donc en toute sérénité qu’il lance, début 1999, un premier jet de seulement 6 exemplaires nommés M10, démontrant au passage un savoir-faire d’une grande efficacité. Une petite ombre vient malheureusement ternir le tableau : Avec son V6 24v de 168cv emprunté à Ford, la M10 pêche par sa motorisation trop douce. Mais à cœur vaillant, rien d’impossible, et Lee Noble ne le sait que trop peu. Les bases sont établies pour la succession. La future M12 sera suralimentée !

 

 


> Extérieur<

La M10 étant une barquette à deux places, il était logique que la digne remplaçante conserve ses gènes. Le premier gros point fort de cette auto, c’est sa coque réalisée en fibre composite afin d’abaisser au maximum le rapport poids/puissance. Elle affiche des galbes assez doux, mais qui parviennent à dégager une grande férocité. Avec ses yeux lenticulaires inspirés par la Fairlady 240z, et son nez plongeant sur un bouclier avant doté de trois énormes entrées d’air, elle annonce d’emblée la couleur. Ouverture béante de la partie supérieure du capot avant, qui abrite un imposant radiateur d’eau, Ram Air Intake latéraux pour faciliter l’aspiration d’air, et aileron « pelle-à-tarte » pour un appui efficace. Tous ne font aucun doute sur leur utilité. La M12 GTO se veut avant tout pragmatique. Sa poupe exubérante lui donne des airs de mini Viper, et son large diffuseur termine un exercice de style bien tranché. Fait surprenant, la carrosserie et le châssis sont entièrement fabriqués et assemblés en Afrique du Sud, avant d’être rapatriés à Leicester pour le reste des opérations.

 


> Intérieur<

Ah là là ! L’intérieur… Que dire ? Il brille par son panache à mi-chemin entre un style très « fin 90s » et le réalisme dont une voiture de course doit faire preuve. Comme la M12 est fabriquée sur-mesure, il existe un large choix de personnalisation des couleurs, mais la fête s’arrête ici. L’assemblage est une référence, en partie grâce à une réalisation entièrement faite à la main, alors que la qualité des matériaux est du même acabit que celui des premières Clio 2 RS. Cela étant dit, ce n’est pas vraiment ce qu’on lui demande à cette Noble. L’esthétique de la planche de bord est tout ce qu’il y a de plus rudimentaire, les organes de contrôle vitaux sont loin d’y être légion. On y trouve les informations principales dans des cadrans XXL à fond blanc : Un compte-tour gradué jusqu’à 8000rpm, sans aucune zone rouge, et un tachymètre tout aussi grand dont la valeur maximale culmine à 200mph (320kmh). Sur la gauche se tient un petit mano de température moteur et à droite la jauge à essence.

 

 

Un dernier mano de suralimentation prend place au beau milieu de la planche centrale, aux cotés de cinq petits témoins moteurs et accessoires. A part la climatisation, il n’y a strictement aucune option  de disponible, même les vitres et rétroviseurs sont manuels. Nulle boite à gants, c’est trop lourd les boites à gants ! La M12 est affublée de poches à gants, disposées à coté des vos chevilles, sur le tunnel central. Noble profite ainsi de l’espace libéré pour nicher l’emplacement autoradio (vide car seconde monte seulement), un peu façon Porsche 911 de l’âge d’or. C’est la définition même du dépouillage total et maîtrisé. Chez Octane-102.fr, comment vous dire… On aime pas, on adore !


> Moteur<

On sais pertinemment que c’est votre rubrique préférée, et vous savez quoi ? C’est aussi la nôtre. Noble n’étant pas un motoriste, il fait de nouveau appel à Ford pour équiper la M12, sauf que les 168cv du Duratec – qui provient de la Mondeo ! – restent très maigres, même pour une bassine en plastique d’à peine une tonne. Les ingénieurs sont donc allés greffer deux soufflettes assistées par un bon petit intercooler des familles afin de gaver comme il se doit le 6 cylindres 2.5L de 24 soupapes à 2xDOHC. La puissance fait un bond phénoménal en dépassant les 310cv pour un couple de 434Nm. La déferlante est transmise au train arrière très, très tôt : Dès 3500rpm. Avec cette mécanique rustique, la M12 se targue d’être un boulet de canon à l’ancienne, avec le lag qu’on adore, gage d’un magistral coup de pompe au cul dans la seconde qui suit. Un élastique on vous a dit…

V6 | 2.5L | 24v | BiTurbo | 314cv | 266kmh

Implanté en position transversale centrale arrière, le V6 BiTurbo permet à la M12 d’enrouler le 0-100kmh en 4″1. Une boite manuelle à 5 rapports se charge de transmettre le mouvement aux roues arrières qui propulsent le bolide à 266kmh. On ne sait pas comment Noble s’est débrouillé, mais dans certaines plages d’utilisation, et selon la charge moteur, le bouilleur semble chanter comme un 8 gamelles…. C’est à s’y méprendre et totalement bluffant. Le néophyte sera trompé d’emblée.


> Châssis<

Incapable de renoncer à son ADN d’ultra sportive, le châssis de la M12 est 100% tubulaire, avec des plaques d’aluminium boulonnées, assurant des dizaines de kilos en moins sur la balance, et une maniabilité accrue. Elle se pare d’un arceau cage tout habillé d’alcantara qui rigidifie davantage la caisse – pas l’alcantara hein ! – . La monte des roues avant se fait en 225/50 ZR18 tandis que l’arrière est chaussé en 265/35 ZR18, ce qui ne semble pas déconnant pour dompter les 434Nm. Le poids total à vide revendique 979kg ! 1125kg en ordre de marche avec tous les fluides et un gus de taille convenable derrière le cerceau.

Une Noble M12 GTO ouverte

 

Contre toute attente, ce joli petit monde se montre plutôt souple à la conduite quotidienne. Attention quand même à ne pas se prendre pour Hammertime* : La M12 GTO demeure une pure pistarde à peine camouflée qui nécessite la plus grande rigueur dans son pilotage, car ici point d’ABS ou autre acronyme tout aussi vulgaire. Cette Noble est une bagnole de bonhomme, pensée pour être conduite avec la seule aide de vos balloches. C’est un tantinet misogyne, je vous l’accorde, alors excusez-moi du peu, mais comprenez bien qu’il s’agit de la meilleure image que j’ai pu trouver pour décrire ce bolide !

*Lewis Hamilton


> Évolutions<

M12 GTO-3

En 2003, la M12 va pouvoir profiter intrinsèquement de l’évolution de la Mondéo. Avec la ST220, le V6 Duratec à pris de la protéine et affiche désormais 3.0L de cylindrée. C’est donc en toute logique que la M12 reçoit cette « petite » mise à jour. De son côté, Noble choisi également d’upgrader son architecture biturbo avec deux rutilants Garrett T25 qui s’occupent maintenant de sonner la charge. Le résultat grimpe à 352cv et le couple déraisonnable pour un si petit gabarit culmine à 475Nm. Le bolide plafonne dorénavant à 277km/h et il ne lui faut pas plus de 3″8 pour passer les 100kmh. 9″1 pour l’exercice du 160Kmh. Une tuerie ! Pour compléter le tableau, deux échappements sortent du diffuseur accentuant les vocalises du 6 cylindres.

M12 GTO-3R

A un moment donné, on explique pas trop ce qui s’est passé dans la tête des ingé’s de chez Noble, mais c’est parti en lollipop total. Ils ont dû se dire un truc du genre : « Les gars, le moulbif de Ford c’est cool, mais venez on enlève encore des trucs »

Non contents de lui avoir élargi le trou – des cylindres, cqfd – les techniciens se lancent dans une cure d’amincissement de malade : Exit les panneaux de contre-porte, les isolants et autres gadgets de confort. Cette nouvelle M12 GTO-3R est résolument un outil taillé pour la piste, borderline avec toutes les réglementations. Son poids total en ordre de marche chute à 1080kg. Le 0-100 kmh est officiellement de 3″7, bien qu’un magazine très réputé de l’époque soit parvenu à affoler les chronos avec un 3″3… Afin de gérer toute cette débauche, une nouvelle boîte 6 rapports dotée d’un DLG Quaïfe est accouplée au moteur. Le client peut même opter pour une version séquentielle.

 

En courbe, l’auto est capable de faire subir jusqu’à 1.2G latéral à son équipage. A titre de comparaison, c’est la même force que la première phase de rebond lors d’un saut à l’élastique ! Autant vous dire qu’il faut avoir le cœur bien accroché… Visuellement, elle adopte de nouveaux blocs de phares, désormais enfermés sous une bulle et l’instrumentation s’enrichit grâce à l’ajout d’un double mano dédié à la température et la pression de l’huile.


> M400<

Focus sur les Ram Air Intake énormes de la M400

Âmes sensibles, s’abstenir… La Noble M400, c’est la version très très méchante ! Elle est à la M12, ce que l’agent 006 est à James Bond ; Ce qu’Hans Grubber est à John McClane… Le cailloux dans la godasse qui emmerde les plus grosses pointures sur un circuit. Fabriquée exclusivement par Hi-Tech Automotive, spécialiste des voitures de courses, ses spécifications techniques sont tellement élevées qu’elle sort du cadre légal lui permettant de circuler sur la voie publique. Pistarde complètement assumée, ses énormes Ram Air Intake lateréaux trahissent largement sa vocation. Elle embarque toujours le SAE BiTurbo 3.0L 24v de Ford. Cependant, une levée des soupapes beaucoup plus agressive grâce à 4 arbres à cames complètement redessinés, des Garrett T25 remplacés par des T28 AiResearch, des pistons forgés et le système de refroidissement optimisé lui permettent de développer 425cv pour un couple de 529Nm. Disponible dès 5000rpm, avec un poids plume de 1063kg, elle affiche un rapport poids/puissance ahurissant de 2.50cv/kg. Soit 400cv par tonne, d’où elle tire son patronyme M400. En vitesse de pointe, elle dépasse les 300kmh.

 


> Rossion & Salica <

En 2007, le constructeur Americain Rossion rachète les droits de production de la M12, dans le but de produire une M400 de luxe. Les chaînes de montage sud-africaines ne seront transférées qu’en 2013. L’habitacle est complètement revu afin d’être plus faste, à l’image des vitres et rétroviseurs qui deviennent électriques et pilotables à distance. Écran central tactile, bluetooth, Wi-fi, camera de recul font leur apparition. La sellerie se compose de cuir de haute qualité à surpiqûres diamantées… Pour palier à la prise d’embonpoint, les ingénieurs ont eu recours à une coque entièrement nouvelle, composée à 100% de carbone-kevlar qui la fait tomber à 1060kg à vide. La face avant est redessinée et deux ouïes latérales supplémentaires font leur apparition au niveau des custodes. Doté d’une nouvelle cartographie, le V6 BiTurbo atteint à présent 450cv pour 529Nm, et bien plus tôt dans les tours. Couplé à une Getrag 6 rapports, ses performances parviennent à s’approcher de la M400 originelle, bien qu’elle soit indubitablement plus lourde.

 

Pendant ce temps, l’entreprise Salica, basée à Bristol, voit le jour. Spécialisée dans la modification des Noble, on pourrait la qualifier de préparateur de préparateurs… Plus artisanal que l’artisan, Salica ne propose pas moins de quatre déclinaisons basées sur des transformations de M12/M400, toutes motorisées par un mystérieux V6 24v de 3.5L, dont l’origine est jalousement tenue secrète. Les spécialistes s’accordent à avancer la thèse d’un stroker du 3.0L Ford, qui reste difficile à confirmer, tant les possesseurs de « kits » Salica se font rares. L’entrée de gamme – si l’on peut dire ainsi – se nomme donc Salica GT, et affiche 400cv en l’absence totale de turbo, et pour seulement 1025kg sur la balance. Avec un rapport poids/puissance de 2.56cv/kg, c’est le V6 atmosphérique le plus puissant de l’histoire jamais conçut. En option, il est possible de lui greffer deux turbocompresseurs qui augmentent sa puissance jusqu’à 460cv, voir 500cv pour 750Nm selon l’option retenue. En 2008, c’était déjà plus fort que le VR38 de la Nissan GTR ! Aidée par une boite 6 rapports Graziano dotée de 3 rapports de pont personnalisables, cette cavalerie propulse la Salica GT au-delà de 306 km/h et il ne lui faut que 3″2 secondes pour passer de 0 à 100.

 

Vous en voulez encore ? Salica a pensé à toutes les éventualités avec ses versions GTR et GTC. La puissance du V6 endiablé passe à 550cv. Avec un arceau-cage connecté à un extincteur automatique, elle remplie à merveille les conditions techniques imposées par la FIA. C’est la variante la plus radicale de la Noble M12. Cette auto est tellement rare que nous n’avons pas trouvé de photo d’illustration. La Salica GTC, quant à elle, n’est ni plus ni moins que la version découvrable de la GTR…

Toutes les Salica bénéficient d’un châssis en trois parties. Concept très intelligent, puisque ces dernières sont entièrement détachables les unes des autres pour faciliter les interventions mécaniques, ou de carrosserie. En parlant de carrosserie, celles des Salica sont faites en fibre de verre, mais une option permet de la faire mouler en fibre de carbone pour abaisser encore plus le score sur la balance. Avec toutes les options « carbone », les Salica GTR et GTC ne dépassent pas la tonne. Ce sont les seules Salica disposant d’une fixation de jantes par écrou central. L’habitacle est encore plus fastueux qu’une Rossion Q1, et abrite une myriade de matériaux… Tous plus Nobles les uns que les autres ! Décidément.


 

> Généalogie<

La M12 est la seconde génération de Noble. Elle est la suite logique de la M10, et inspire ses successeures que sont les M14 et M15 :

 


 

>Rivales directes<

 


> Conclusion<

Avec un savoir-faire typiquement British, Noble à su gagner une belle place au Panthéon des ultra-sportives. La M12 démontre qu’il ne s’agit pas forcément de cuber gros pour faire parler la poudre, et qu’un vilain petit V6 anémique, sans destinée particulière, peut se révéler démoniaque avec un peu de suite dans les idées, et un minimum de bon sens. C’est ainsi que Lee Noble nous gratifie d’un véritable chef-d’oeuvre sur quatre roues, adoubé à l’unanimité par les spécialistes du monde automobile. Reconnue aux quatre coins du globe pour ses prouesses, et malgré son très jeune âge, la M12 GTO est assurément devenue un mythe automobile. Tout cela en moins d’une décennie…

 

ShiftLightment,
LeTorr.